"Relier les points" - Les pierres sur mon chemin

Cette semaine, je suis tombée sur une intervention de Steve Jobs à une remise de diplômes de Stanford en 2005 « Relier les points ».

Cela m’a amené à regarder en arrière, sur le chemin que j’ai parcouru, pour essayer de repérer quelques pierres, quelques points à relier.

La première fois que j’ai rencontré la PNL (Programmation Neuro Linguistique) sur mon chemin, j’avais 18/20 ans ; C’était après le décès de mon père déjà. Je suis tombée par hasard (pas de hasard, c’était juste l’une des pierres sur mon chemin !) sur le premier livre de Tony Robbins « Pouvoir illimité », qui m’a ouvert la voie, et m’a amenée à m’intéresser de près aux livres sur la PNL, dont ceux de ses fondateurs John Grinder et Richard Bandler. J’ai aussitôt saisi la puissance de cet outil, sans pouvoir le mettre en pratique complètement. Il aurait fallu que je puisse apprendre de façon approfondie dans ce domaine, mais à cette époque, ce n’était pas vraiment possible en France, et je ne pouvais me rendre aux Etats-Unis pour l’étudier non plus. J’ai donc poursuivi ma voie dans les maths, comme prévu, en gardant un œil constant sur le sujet, et y suis revenue environ 20 ans plus tard.

Autre pierre sur le chemin, mon utilisation de la méthode Coué de manière très personnelle : Facebook n’existant pas encore, j’avais tapissé les murs des toilettes de l’appartement familial de phrases motivantes. J’étais d’avis que c’était le meilleur endroit où les mettre – pas grand-chose d’autre à faire ! – c’est d’ailleurs devenu pour beaucoup, également l’endroit privilégié pour Facebook, non ?!

Je me souviens aussi, qu’en tant que prof de math, je n’enseignais pas cette matière pour la beauté des maths, mais je m’intéressais déjà à la façon dont notre cerveau fabrique des automatismes nous permettant d’être plus rapide et plus efficace. Aujourd’hui mon travail consiste souvent à identifier les automatismes qui nous desservent, et à les « déboulonner », ou à copier ceux qui fonctionnent bien.

Lorsqu’un élève me disait : « mais à quoi ça sert d’apprendre les maths ? Je suis sûr que je ne vais jamais utiliser ça dans ma vie de tous les jours ! », je lui répondait 2 choses :

  1. Que même s’il n’allait jamais l’utiliser, cela constituait un entrainement pour son cerveau, afin que ce dernier apprenne à fonctionner vite et bien.

  2. Que les maths étant une matière de sélection, il pouvait simplement s’en servir en tant qu’outil pouvant le mener vers la réussite.

Autrement dit, ce qui était important pour moi déjà à ce moment-là, c’était de faire en sorte que notre cerveau « tourne bien » et d’apporter des outils de réussite. Et c’est justement ce que je fais encore aujourd’hui ; j’ai simplement élargi mon champ d’actions à d’autres domaines que les maths.

Et l’entrainement cérébral, il est non seulement devenu à la mode, mais il fait en plus partie intégrante de ma pratique, le « Brain Gym » étant une branche de la Kinésiologie.

Et au fait, "Relier les points", c'est bien une consigne mathématique, non ? Et des pierres, il y en a sans doute encore beaucoup d’autres.

J’ai finalement poursuivi ma route en laissant de côté les maths et en me dirigeant vers la PNL et la Kinésiologie (que j’ai apprises de façon approfondie), et du fait de ce parcours assez inattendu, je me définis davantage en tant que « entraineur ou coach de votre cerveau et de vos émotions », plutôt que psychothérapeute. Car les émotions sont le reflet de ce qui se passe dans notre cerveau, et en intervenant sur elles on peut modifier le fonctionnement de notre cerveau, afin d’obtenir les résultats que l’on désire.

Ce n’est pas mathématique… mais presque !

A la une
Articles récents
Archive
Recherche par mot clef
Me suivre
  • Facebook Basic Square

Ramat Poleg - Ir Yamim, Netanya  •  Tel: 052-4748454  •  estelle.motion@gmail.com

© 2015 Estelle Morioussef - e.Motion  •  Web Design by Studio Hagit Segal

  • LinkedIn - White Circle
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - White Circle